Séries de blogue conseiller : La capacité d’être extraordinaires!

Quand j’avais 15 ans, sur le babillard de ma classe d’histoire se trouvait une petite affiche somme toute assez banale devant laquelle tout le monde passait pour aller s’asseoir à sa place. Il s’agissait de la photo d’une femme qui courait sous la pluie, dos tourné à l’appareil photo. La scène était assez sombre, presque lugubre. Mais en gros caractère on lisait : « Les champions sont des gens ordinaires qui ont une détermination EXTRAordinaire. »

J’ai beaucoup cherché, mais je n’ai jamais su qui avait prononcé ces mots qui me parlaient tant; ils m’interpellaient à 15 ans et le font toujours 15 ans plus tard.

Le sport a été un vecteur qui m’a poussée à tenter ma chance pour réaliser quelque chose d’extraordinaire, malgré mon jeune âge. Il apporte aussi aux gens des occasions d’apprendre, de s’épanouir et de partager. Voilà quelque chose que j’ai toujours considéré comme un des meilleurs avantages du sport – la capacité qu’il procure d’en faire plus, comme athlètes, mais aussi comme membre d’une communauté.

Comme athlète, j’ai aussi été membre du bureau des conférenciers sportifs de ma province, du programme Adopt-An-Athlete du Comité olympique canadien et d’autres organisations qui m’ont permis de rencontrer des membres de ma communauté et de partager avec eux. Même si je ne suis plus une athlète active, les occasions de redonner à ma communauté et de m’engager auprès d’elle ne manquent pas.

Récemment, mes collègues de Sask Sport Inc. et moi, en collaboration avec le Centre canadien du sport de la Saskatchewan, avons été bénévoles pour le Manoir Ronald McDonald à Saskatoon. Nous y avons organisé une soirée Home for Dinner (Un souper chez soi) pour les familles qui séjournent au Manoir. Nos six membres du personnel ont été aidés d’athlètes locaux ayant participé aux Jeux olympiques ou des membres du programme de volleyball des Huskies de l’Université de la Saskatchewan.

C’était incroyable de voir tout le monde interagir, partager et jouer ensemble. On berçait les bébés pour permettre à maman et papa de manger de leurs DEUX mains, on jouait aux cartes pour permettre aux familles d’oublier les ennuis les plus préoccupants et on bricolait avec les enfants jusqu’à ce que leurs parents les mettent au lit.

Cette soirée-là, je me suis souvenue de ma citation favorite et comment elle pouvait être mise en pratique dans nos vies, chaque jour. Nous avons tous la capacité d’être extraordinaires!

Kia Schollar (née Byers)
Sask Sport, consultante, Sport
Médaillée d’or et de bronze des Jeux panaméricains
Canoë-kayak


Du même auteur...